ETUDE POUR CONSTRUCTION DE MAISON PASSIVE SUR ABRI ANTI-ATOMIQUE

 

LE PROGRAMME :

 

Construire une maison passive sur un abri anti-atomique existant.

 

LE PROJET :

 

Sur un terrain très arboré à Mauchamps (91), quelque chose dépasse de 20cm du sol ; un abri anti-atomique des années 80. C’est un bloc de béton armé avec des parois de 90cm d’épaisseur. Les deux portes qui constituent le sas d’entrée sont faites de 20cm de béton. Ces centaines de tonnes imposent leur logique et résistent à toute modification même mineure.

 

Le grand-père a voulu protéger sa famille d’une catastrophe nucléaire, le petit-fils s’inquiète beaucoup plus du changement climatique. Deux abris très performants, répondant chacun à des contraintes bien différentes. L’un utilise la masse du béton armé pour filtrer les ondes dangereuses, l’autre utilisera l’air immobile des isolants pour protéger de la chaleur et du froid.

 

La maison sera construite en ossature bois, un système constructif qui permet d’éviter tout pont thermique. Le mur de refend central sera construit en briques de terre compressée, il apportera régulation thermique et hygrométrique. L’isolation de l’enveloppe sera faite en laine de bois. La forme, les dimensions et l’orientation de la maison et des fenêtres ont été calculées pour optimiser la performance énergétique et le confort, été comme hiver. La sobriété du dessin de la maison garantie son efficacité.

 

Quand à l’abri anti-atomique il sera bien utile malgré lui. Cette masse existante, sans être altérée physiquement, sera exploitée thermiquement. Enveloppée par un manteau isolant, elle régulera passivement la température de la maison par sa très grande inertie.

 

Etude réalisée en 2013

 

FRAGOS + LECOURTIER ARCHITECTES  www.fragoslecourtier.com